woman in gray hoodie and blue denim jeans sitting on brown wooden bench

Alors allons-y pour la suite… donc jour J(opération) + 44 jours, 6 semaines. Je suis toute contente car je marche, ou plutôt, je marchotte, comme une sorte de toxicomane que tu croises de temps en temps (assez souvent en fait), qui marche en boitant, mais qui marche vite. Bref, toute contente de marchotter, je vais et je viens, je retrouve de l’entrain, mais mon genou est lui, toujours aussi gonflé. Une grosse patate en forme de genou. Il me fait penser à ces poissons qui gonflent d’un coup quand ils ont peur. J’en ai déjà croisé un quand j’étais petite au Portugal. J’étais face à lui, et la grosse bête bizarre que j’étais avec mes bras, jambes et tuba a terrorisé suffisamment ce poisson pour qu’il me montre son plus beau gonflement plein de piquots. C’était sensé m’effrayer et cela a très bien réussi, nous avons tous deux détalé dans le sens opposé. Nous ne nous sommes plus jamais croisés depuis lors.

Quand j’y repense, c’est drôle comme le gonflement parait être utilisé comme une défense, chez les animaux et dans le corps. Je me demande contre quoi se défendent les gros hommes politiques qui nous gouvernent… je disgresse ; bref mon genou gonfle !

J’ai rendez-vous avec celui qui m’a ouvert le genou, et vous savez quoi ? il porte le même nom qu’un personnage célèbre dans Harry Potter, et je l’adore. Il a l’air tout doux, et a ce regard de celui dit : « je vais charcuter ton corps, forer, marteler, mettre des vis, etc… » et dans un même temps « cela va être facile, doux et une vraie partie de plaisir, je fais cela tout le temps, j’ouvre des corps aussi facilement que je bois du café, la routine quoi ».

J’arrive de mon pas de canard, assez fière de ma rapidité. J’entre, en retard, avec tous les bouchons de la ville, mais il est là, tout tranquille, il m’attend. Il teste mon genou, le plie, le tend. Il se plie un peu, déjà mieux qu’au début, le tend, et là, il (ma patate de genou) a du mal, il reste comme ça, à moitité plié, à moitié tendu, indécis. Mon chirurgien me dit : « ton genou est gonflé, il te parle, il te dit que tu en fais trop ». En gros je marche trop et surtout je marche mal. Il me raconte qu’un de ses amis, qu’il a opéré comme moi, avait lui aussi le genou bien gonflé. Son ami lui a dit « je ne comprends pas pourquoi il est gonflé ! ». Et mon chirurgien de préciser : « il était en même temps en train de retaper sa maison. Il a arrêté, n’a rien fait pendant une semaine et son genou a dégonflé ».

Je crois que mon chirurgien me voit comme une fille hyper sportive et hyperactive, ça doit être l’effet « planche à voile ». Alors comment lui dire que moi pas question de retaper quoi que ce soit, si je peux utiliser mon genou pour ne pas participer à un déménagement ou un machin pénible dans le genre, alors franchement je n’ai aucun soucis avec cela. Mais si je suis bien honnête, j’ai un peu exagéré avec la marche version canard. Il m’explique que marcher de cette façon fait que la rotule supporte tout, qu’il n’y a pas encore assez de muscles autour pour soutenir (du flan ça ne compte pas docteur ? ) le genou, d’où le gonflement.

Et là, je vous avoue que mon sang n’a fait qu’un tour, j’ai déjà l’impression d’être ralentie, de ne pas sentir mon genou qui me fait mal, hormis de voir qu’il est tout gonflé, et on me demande d’en faire encore moins. Je suis ressortie de cet hôpital toujours en clopinant, avec ma démarche de droguée énervée, tentant de contenir une énergie qui ne demandait qu’à sortir, qui poussait même pour sortir au plus vite. J’ai respiré. Je suis sortie. Et là…. encore bardafff j’ai explosé en pleur, un peu comme quand tu vomis mais en vomissant des larmes : « j’en peux plus, j’ai rien demandé, pourquoi moi, etc….  » l’arbre devant l’hôpital en est témoin, un saule pleureur. Je me demande s’ils ont fait exprès de planter cet arbre de ce nom là pour qu’il puisse récolter toutes les larmes des gens qui reçoivent une mauvaise nouvelle, qui ont envie de pleurer de crier ou de pouvoir s’adosser à un tronc plus solide que leur corps. Cela m’étonnerait qu’ils y aient pensé.

Je suis juste passée devant, en enlevant mon maque (parce qu’on est à nouveau tenu de porter un masque dans ces lieux), qui m’étouffait. « Morte étouffée par ses larmes, une femme s’écroule devant l’hôpital, adossée à un saule pleureur », c’est un peu too much je trouve, je préfère rentrer dans ma voiture avec mon croissant bien sucré, acheté juste avant. Ca fait toujours du bien dans ces moments là de croquer dans une bonne dose de « pas bien », « pas bon », « trop sucré », etc… Au moins à cet instant, tu t’en fous complètement. Arrivée chez moi, j’annule le rendez-vous avec une amie, j’envoie un message à mon kiné en lui disant que je brosse ce soir que je ne suis pas en état physique et mental pour faire quoi que ce soit comme exercice. Je file à l’épicerie du coin m’acheter une grosse boite de glace Hagendass (ben oui pourquoi se priver) il me manque un euro, pas grave, il me dit d’apporter le reste demain. Et je rentre, décidée à crucifier toute personne ou post qui me parle de légèreté, de compréhension ou d’accueil. Je me transforme en bruleuse de tout espoir. Une énergie tueuse de toute joie sur patte. Bref, j’en ai marre. Marre d’être ralentie, marre qu’on me dise d ‘en faire encore moins, marre de ces mois, marre de ma vie, marre de tout. Et marre d’en avoir marre. Je regarde une série Netflix, Cobra Kai, un bon truc pour adolescent sur le karaté, avec plein de batailles et de combat. Pas trop de réflexion, exactement ce qu’il me faut.

D’habitude dans ces cas là, je me blottis dans ma tanière et ça passe. Malheureusement, une amie, assez à l’écoute et ouverte m’appelle. Et je m’autorise à lui dire toute ma façon de penser sur la vie : pas juste, l’univers et augmenter sa vibration, c’est de la merde, tout ces trucs de conscience c’est de la merde, bref, la pauvre je m’autorise à vomir un tas de doutes, de ras-le bol, de lutte pour être bien, … de lutte. Le mot est dit : Lutte. Et j’arrête de lutter, je déclare forfait à la vie. J’accepte que mon potager soit vidé de tout, et sans rien encore. Je me sens vide. Et ce n’est pas vraiment un état que je connais et qui m’est familier.

Et je choisis cette soirée de me plonger là dedans de plus près. J’y plonge en sachant ce que je fais, car au fond de moi, je sens que paradoxalement, cela me fait du bien de m’autoriser cela. M’autoriser à cracher, à pester, à dire :  » merde ». La musique aide, pas celle douce qu’on écoute pour se calmer, mais celle écrite par des écorchés, ou des gens plus talentueux que moi qui dans ces moments créent aussi pour dire « assez! », ces musiques qui parlent des bas-fonds, des ombres, du non sens, des trahisons.

Puis j’ai tiré des cartes de ce jeu d’Osho que j’adore ; d’habitude, j’en tire en étant concentrée, pleine de questions et d’espoir. Et cela m’aiguille toujours. Là, je les tirais, en mode défi, comme disant « ok, et là, hein sacré univers ou conscience ou je ne sais pas quoi, tu vas me lâcher quoi encore ? » et je tire en me demandant si je ne vais pas tomber dans un trou encore plus grand en me laissant aller à tout cela : » douleur » (aller au fond de ce que l’on vit, accepter, ne pas lutter), oui ok et ça va m’amener où ça hein petit malin ? et je tire « épanouissement » (qui peut fleurir de tout ce qu’elle a expérimenté). Je maintiens ma position de doute, mais en étant quand même un peu plus intriguée : « ok et je fais ça comment ?  » intensité » et « lacher prise » (être intense dans le moment, pas dans l’action, et laisser être ce qui est ». Et je ne peux m’empêcher de sourire malgré tout « ah oui quand même c’est assez clair. Je ne sais pas pourquoi, mais être négative et exploser de tout ce ras le bol, c’est plutôt léger » ; malgré le doute et tout le reste, je ne peux m’empêcher de sentir ce mouvement est juste. Que j’ai des réponses, en tout cas des pistes. Dans l’instant. Sans chercher à en savoir davantage.

Une amie me dit qu’elle compte faire une retraite personnelle dans sa maison, rester dans son lit ou à contempler la nature pendant plusieurs jours, simplement être présente avec elle même et se reposer. Cela m’inspire. Je me dis « je vais faire la même chose, au moins un jour. Je reste dans mon lit toute la journée et je jeûne ». Je me réveille le lendemain, me fait ma petite tasse d’eau chaude, de citron et de gingembre, décidée à ne pas marcher et à me reposer sans « rien faire ». Au bout d’une heure dans mon lit, réveillée, je ne tiens plus, je m’ennuie.

L’ennui ; cet espace d’ennui est inconfortable depuis bien longtemps, et je prends conscience des comportements que je mets (mettais) en place pour ne pas y rester trop longtemps : ranger, me dire que je dois faire ceci ou cela, m’activer, bouger, lire, sauter d’un truc à l’autre, me persuader que je suis bien obligée de faire toutes ces tâches et que je n’ai pas le choix.

Je repense à ma fille qui elle est absolument à l’aise avec « ne rien faire » et à rester en pyjama toute la journée. Je me revois en train de la houspiller, comme si c’était mal, dangereux et pas permis. (Je rassure tout le monde, ma fille a largement contré mes oppositions à ce sujet :)

Je me maintiens malgré tout dans cet « ennui », en était attentive à toutes les pensées qui arrivent au même moment. Elles arrivent par wagons entiers : l’un concerne le vide, l’autre le futur, le suivant la frustration, … bref, un train de pensées en tout genre déterminé à me mettre la pression. Mais cela fonctionne moins bien qu’auparavant, je reste à quai, et le train continue. Et la journée se passe, entre sieste et contemplation, sans manger (mon corps n’en avait pas envie) simplement un bouillon et de l’eau, et regarder autrement mon genou. J’y pose de l’argile verte, m’attendant à le voir complètement dégonflé après deux heures (l’impatiente que je suis est encore bien présente), ce n’est pas le cas, mais mon genou parait content.

Le soir j’avais rendez-vous avec un ami, et j’avais déjà retrouvé un peu plus d’entrain. J’ouvre la porte, et je reçois un magnifique bouquet de fleur, toujours devant moi à l’heure où j’écris ; Il m’a emmenée dans un super resto et j’ai goûté la nourriture encore mieux qu’avant. Nous avons passé une excellente soirée à papoter et rire de nos potagers vides, et de l’intérêt d’y rester un peu.

Et le lendemain je me suis levée fraiche et plus joyeuse.

La suite au prochain épisode…

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.